Le Mal Aigu des Montagnes et ses complications

 

 

Qu'est ce que le MAM ?

L'incidence du Mal Aigu des Montagnes (MAM) est variable, mais augmente très rapidement avec l'altitude. Elle est de 15 % à 2 000 mètres d'altitude, de 60 % à 4 000 m.

Tous les sujets rapidement transportés en haute altitude en souffrent.

Le MAM n'apparaît qu'après un délai de quelques heures en altitude. Ainsi les personnes empruntant un téléphérique le temps d'admirer le point de vue, ne sont pas touchées par le MAM. Il se manifeste par des maux de tête, des troubles digestifs (nausées, vomissements), une fatigue persistante au repos, une insomnie.

Le MAM régresse avec l'acclimatation et disparaît immédiatement à la descente.

L'oedème pulmonaire

A une altitude élevée (4 000m - 5 000m), un oedème Pulmonaire de Haute Altitude (OPHA) peut survenir brutalement au cours des deux premières nuits.

Le malade est pris de quintes de toux, crache, et s'essouffle. Bien souvent on note une fièvre à 38°5, ce qui évoque à tort, un état infectieux pulmonaire. L'état peut rapidement s'aggraver avec l'apparition d'une cyanose précédent le coma.

Certains médicaments comme les inhibiteurs calciques améliorent l'état du malade et lui permettent de perdre rapidement de l'altitude.

La posologie recommandée du Diamox est de 1/2 comprimé matin et soir.

A une altitude supérieure (5 000 - 5 500 m), le MAM peut se compliquer d'un oedème Cérébral de Haute Altitude (OCHA), qui débute par des modifications de l'humeur et du comportement, ou par des maux de tête insupportables. Les troubles de la vue, les vomissements en jets, précèdent le coma qui est fatal, si le malade n'est pas immédiatement redescendu à une altitude plus basse.

Comment prévenir le mal aigu des montagnes ?

Prévenir le MAM ou ses complications, impose une acclimatation à la haute altitude prudente : nous recommandons de ne pas progresser de plus de 500 mètres de dénivelé par jour, au delà d'une altitude de 3 500 mètres. Certaines personnes, présentent une susceptibilité particulière à l'altitude qui se traduit par l'apparition précoce du MAM au dessus d'une altitude modérée (2 500 m). Ces personnes peuvent bénéficier d'une consultation de médecine de montagne et d'une prescription d'un traitement préventif.

Les contres indication à l'altitude

Contre-indications formelles à un séjour en altitude (au dessus de 2500 m) :

Maladie cardiaque non stabilisée
Insuffisance respiratoire chronique
Certaines maladies sanguines,
Affections psychiatriques graves

Contre-indications relatives à un séjour en altitude (au dessus de 2500 m) :

Grossesse dans le premier et le troisième trimestre
Maladie cardiaque stabilisée
Bronchite chronique
Enfant de moins de 18 mois
Toutes les maladies nécessitant une surveillance régulière (diabète)
Asthme déclenché par le froid ou l'effort.