Retour

Course du 5 avril 2009

 

 La Grande Rocheuse

4102 m

 

 

Le programme initialement prévu était de toute beauté. Ascension du couloir Whymper, petit crochet à "la Verte" si on était pas trop en retard, Grande Rocheuse, Aiguille du Jardin et descente par le couloir Armand Charlet. Il fallait y croire et garde à l'esprit l'envergure de la course. En réalité, tout n'était pas aussi simple.

Samedi 4 avril 2009

Le petit train du Montenvers nous dépose à l'arrivée de la vallée Blanche que nous remontons à contresens sous le regard consterné des centaines de skieurs. Trois heures de randonnée pour arriver au charmant refuge du couvercle; endroit magique et séduisant à la fois. Le petit abri sous la pierre avec le Mont Blanc en toile de fond laisse en général une image inoubliable. Voilà 12 ans que je ne suis pas monté dans le coin et les souvenirs affluent. Avec Hervé le 9 mars 1997 nous découvrions l'alpinisme sur l'un des plus beaux sommets des Alpes: l'Aiguille Verte. On nous avait dit à l'époque : "A la Verte, on devient montagnard" .... alors allons-y ! J'ai délaissé ce milieu durant les années qui ont suivies pour pratiquer le parapente assidûment mais j'ai l'intime conviction d'avoir attraper le virus de l'alpinisme ici, dans ces pentes qui mènent à la Verte. C'était mon deuxième 4000. Lisez le récit ici.

Ce soir le refuge est plein ! Il y a 22 places et nous sommes déjà 24, sans compter les alpinistes qui descendent des grandes faces nord et qui arriveront vers 20 ou 22 h. La surprise est immense à l'arrivée d'un groupe de 12 personnes peu avant 19 h ... "nous venons de Lyon, la sortie était prévue de longue date ..."  La nuit fût difficile et nous n'avons pas eu besoin de faire du feu pour avoir chaud.

 

 

 

rocheuse 001 rocheuse 002 rocheuse 003 rocheuse 004 rocheuse 005
Le train du Montenvers Les skieurs de la mer de glace     Nico devant les Grandes Jorasses
         
rocheuse 006 rocheuse 007 rocheuse 008 rocheuse 009 rocheuse 010
Si ça casse, c'est le bain !     Refuge du Couvercle Couloir Whymper, Aig. Verte, Gd Rocheuse
         
rocheuse 011 rocheuse 012 rocheuse 013 rocheuse 014 rocheuse 015
    Le refuge d'hiver Le plus bel aéroport du monde C'est partit !
         
rocheuse 016 rocheuse 017 rocheuse 018 rocheuse 019 rocheuse 020
Nico arrive au refuge   Fab devant les Grandes Jorasses Refuge d'été, encore fermé Le Dent du Géant
         
rocheuse 021 rocheuse 022 rocheuse 023 rocheuse 024 rocheuse 025
Aig. du Diable et Mt Blanc Aig. de Chamonix   Gdes Jorasses, Dt du Géant Vu de l'intérieur du refuge
 

 

Dimanche 5 avril 2009

57, 58, 59 .... il est 1 h du matin et j'éteints le réveil de ma montre avant qu'il sonne. Je ne ferme plus les yeux depuis longtemps. Combien de temps ai-je dormis ? Une heure au maximum dans ce coin de deux places ou nous étions quatre. Une fois debout nous gagnons la table à manger toute proche. Une personne dort dessus, une autre sur un banc, l'autre par terre. Nous laissons notre place sous les couvertures pour une place à table. Les premiers alpinistes sont partis vers minuit à l'heure où d'autres arrivaient. Échanges standards, c'est courant de voir ces pratiques ici.

Nous quittons le refuge skis aux pieds à 2 h du matin... pile. Le ciel est couvert, nous ne voyons pas plus loin que le bout du faisceau de nos lampes frontales. C'est seulement au sommet du  couloir Whymper après 4 h de course que les premières lueurs du jour nous dévoilent l'immensité du site. La pente est raide, pas loin de 50 ° sur la fin du couloir, et quand les somnifères de Nico font effet avec 8 h de retard, je préfère "passer en tête".

- "J'comprends pas, j'ai les yeux qui se ferment touts seuls, je sais pas ce qui se passe"

- "Bon alors Nico je vais passer devant, c'est pas le moment de t'endormir et de basculer en arrière"

Au sommet du couloir  il est presque 7 h ... altitude 4000; le froid est intense, saisissant. Le brouillard est partout, nous apercevons les pentes de la Grande Rocheuse recouvertes de neige, rien ne sera facile. L'ascension du "Whymper" a été éprouvante. Rien que 800 m d'approche à skis et 600 m de couloir sans aucune trace de montée et beaucoup de neige molle par manque de "regel nocturne". Prévu en 45 minutes, il nous faudra presque 1 h 30 pour arriver au sommet de la Grande Rocheuse à 4102 m. La météo est bonne, le brouillard dissipé mais malgré tout nous décidons de ne pas continuer; il y a beaucoup trop de neige, nous ne sommes pas en avance et si nous continuons nous nous engageons pour de longues heures et probablement une descente de nuit.

Difficile de renoncer à l'Aiguille du Jardin si proche et si lointaine à la fois. Nous reviendrons gravir ce 4000 par un autre itinéraire (l'arête du Jardin) en été, avec comme deuxième objectif "les Droites", le plus bas des 4000 situé à 4000 m !!

Nous retrouvons rapidement le couloir Whymper pour un bonne dizaine de descentes en rappel de 50 m. Alors que nous glissons le long de la corde, d'autres dévalent le couloir en skis et c'est un véritable spectacle. Saluons également la performance de Laurent qui décolle ce jour-là de l'aiguille Verte en parapente, skis au pieds après avoir gravit le couloir Couturier.

 

rocheuse 026 rocheuse 027 rocheuse 028 rocheuse 029 rocheuse 030
  Dent du Géant Grandes Jorasses Couloir Whymper Au pied de la Gde Rocheuse
         
rocheuse 031 rocheuse 032 rocheuse 033 rocheuse 034 rocheuse 035
        Aiguille Verte
         
rocheuse 036 rocheuse 037 rocheuse 038 rocheuse 039 rocheuse 040
Nico au sommet Aig. du Jardin, les Droites Aiguille Verte Descente du couloir C'est du 45 / 50 °
         
rocheuse 041 rocheuse 042 rocheuse 043 rocheuse 044 rocheuse 045
        Ski extrême
         
rocheuse 046 rocheuse 047 rocheuse 048 rocheuse 049 rocheuse 050
         
         
  rocheuse 051   rocheuse 052  

Nous ne garderons pas un très bon souvenir de ce sommet pour plusieurs raisons. (Mauvaises conditions de neige, mauvaise forme physique, objectif à moitié atteint) ... mais le simple plaisir d'être en montagne entre amis, dans ces lieux si majestueux nous fait oublier les petites galères  . Il nous reste 24 sommets à gravir et certainement pas les plus simples, il faut maintenant faire preuve de ténacité, de courage et de volonté mais la motivation est hors normes et le plaisir ainsi que les souvenirs s'annoncent indescriptibles.


 
 

Texte :  Fabrice BRUN © Skyandsummit.com

Photos et vidéos : Nico HELMBACHER - Fabrice BRUN © Skyandsummit.com

 

 

Merci à tous nos partenaires